Modèle de klechkowski

Aussi connu comme: la règle de Klechkowski, la règle de Klechowsy, la règle diagonale, la règle de Janet la justification théorique de cette règle [14] est plus compliquée que sa forme commune. Solution analytique au modèle Fermi-Thomas [15, 16] en utilisant l`approximation de Tietz [17] conduit à l`accès au nombre total d`électrons d`un atome ZX au moyen de l`équation (1) nous présentons dans les matériaux supplémentaires les détails des calculs de tous les éléments chimiques dans la configuration attendue par la règle de Madelung-Klechkowski. Afin de comparer nos résultats à ceux obtenus par cette dernière règle, nous avons rapporté dans la figure 4 Ki et (n + l) les valeurs par rapport au nombre atomique Z. Dans les deux cas, nous avons affaire à des courbes de roulements. Avec la règle traditionnelle, chaque niveau est relatif à tous les sous-ventes du même montant (n + l). Cependant, dans ce que nous proposons, chaque niveau correspond à un sous-shell différent et leur ordre respecte totalement celui obtenu par l`application conventionnelle de la règle de Madelung-Klechkowski. Dans ce travail, nous avons établi une formule empirique d`un descripteur K (ZX) qui généralise la règle de Madelung-Klechkowski. Il est obtenu en prenant en compte tous les électrons de l`atome pour décrire la configuration électronique de l`état fondamental. K (ZX) est un bon descripteur de la stabilité de l`atome car il est directement lié au potentiel d`ionisation. Il est si intuitif de s`attendre à ce que K (ZX) serait en mesure de conduire à la configuration exacte de tous les éléments chimiques et de surmonter toutes les exceptions.

Des travaux sont en cours concernant les exceptions. Une version du principe Aufbau connu sous le nom de modèle de coquille nucléaire est utilisée pour prédire la configuration des protons et des neutrons dans un noyau atomique. [1] la règle de Madelung-Klechkowski s`applique en deux étapes: i) pour les atomes neutres, les obus d`électrons se remplissent dans l`ordre de la somme quantique (n + l). II) pour les électrons ayant des valeurs égales de (n + l), l`ordre de remplissage va avec l`augmentation n. Cette règle est l`une de celles-ci génèrent une opération de minimisation maxi, car elle fonctionne dans l`ordre croissant de la somme (n + l), mais minimise la valeur de n en cas de valeur égale (n + l). Nous pourrions fusionner ces deux étapes en effectuant une pondération asymétrique sur n et l. Nous allons donner un plus petit coefficient à l. simplement, nous pouvons tester a1 = 1 et a2 = 0,75 obtenir le terme (n + l). Entre la modification d`une période avec ((n + 1) + l) et la modification d`un sous-shell selon (n + (l + 1)), nous n`avons pas à choisir parce que nous avons deux valeurs différentes qui sont (n + 1 + 0.75 l) et (n + 0,75 l + 0.75). Le plus petit d`entre eux correspond à la période avec la plus petite valeur de n.

la figure 1 montre la variation de (n + l) et (n + 0.75 l) par rapport au nombre atomique Z. les valeurs correspondantes sont rassemblées dans le tableau 1. Nous proposerons donc une formule qui généralise celle utilisée à ce jour, la règle de Madelung-Klechkowski. Il consiste à calculer un nombre réel noté Ki pour le ième électron occupant une spinorbitale dont l`expression est donnée par l`équation (3): commençons par analyser qualitativement les règles qui conduisent à déterminer la configuration atomique de l`état fondamental. Le concept de configuration électronique est une ramiation de l`approximation orbitale qui considère qu`il est possible de déclarer la fonction d`onde de poly-électrons comme un produit des fonctions d`onde d`un électron qui sont appelées orbitales.

About 840 Wine Bar & Cocktail Lounge

Subscribe

Subscribe to our e-mail newsletter to receive updates.

Comments are closed.